introduction à l'économiemarché

Le fonctionnement du marché du travail

PRÉREQUIS

Tu as déjà étudié : le marché, l’offre, la demande, le revenu primaire, le revenu secondaire.

OBJECTIFS

  • Définir le marché du travail.
  • Montrer que l’offre de travail est fonction de la décision des acteurs d’entrer ou de rester en activité.
  • Expliquer que la demande de travail est fonction de la nature de la combinaison productive et du niveau de demande anticipée par l’entreprise.
  • Montrer que le marché du travail est un marché très segmenté.
  • Montrer que le prix sur le marché (le salaire) résulte d’un compromis entre les employés et les employeurs et d’une négociation entre les représentants des employeurs et les représentants des salariés.

Les notions suivantes sont à maîtriser : L’offre et la demande de travail ; la population active et le taux d’activité ; les emplois typiques et atypiques ; les négociations salariales ; les contraintes légales et conventionnelles ; le SMIC.

Problématiques

  • Qu’est-ce que le travail ?
  • Qu’est-ce qu’un emploi ?
  • Qu’est-ce que le marché du travail ?
  • Qu’est-ce que la segmentation du marché ?
  • Comment se construit le prix (le salaire) sur le marché du travail ?

I. LE MARCHÉ DU TRAVAIL ET SON FONCTIONNEMENT

A. Lieu de rencontre de l’offre et de la demande de travail

DÉFINITION : Marché du travail. Le marché du travail est le lieu de rencontre de l’offre et de la demande de travail.

Le marché du travail est régi par la loi de l’offre et de la demande, comme sur le marché des biens et services, ou sur le marché des capitaux. Le point de rencontre entre l’offre et la demande permet de représenter un équilibre et de dégager un prix du travail, c’est-à-dire le salaire.

B. Les notions liées au marché du travail

L’analyse du marché du travail nécessite la compréhension et la distinction entre les notions de travail et d’emploi. Deux notions s’entrecroisent : la notion d’emploi et la notion de travail.

Les salariés sont les demandeurs d’emploi et les entreprises sont les offreurs d’emploi.

S’il s’agit de travail, les travailleurs deviennent les offreurs de travail et les entreprises les demandeurs de travail. Le schéma suivant illustre cette distinction :

C. Fonctionnement du marché du travail

Le marché du travail fonctionne comme les autres marchés. Le prix d’équilibre se fixe grâce à la rencontre de la courbe de l’offre et de la demande de travail. En réalité, le marché du travail a un fonctionnement spécifique car le niveau des salaires ne reflète pas la réalité de l’offre et de la demande sur le marché du travail.

Ainsi, les salaires ne baissent pas parce que la courbe de demande de travail est supérieure à l’offre. Le salaire est rigide à la baisse. Certains théoriciens économiques y voient une cause du chômage.

En effet, le salaire d’équilibre reste une notion théorique. En France, la flexibilité des salaires en fonction de l’offre et de la demande est théorique car les salaires sont réglementés : il existe un salaire en-deçà duquel on ne peut pas descendre. C’est le SMIC : Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance.

Le principe fondamental concernant la fixation du salaire est la liberté de négociation. Pour éviter l’inégalité dans le rapport de force entre les employeurs et les salariés, la fixation du salaire minimum a été réglementée. Le niveau du salaire est fonction de plusieurs paramètres :

  • Le niveau de qualification. Dépend du niveau d’études et du diplôme (classés par niveau).
  • L’expérience. Il est souvent fonction de l’ancienneté.

Selon les pays, l’un ou l’autre des déterminants l’emporte : en Allemagne et en Angleterre, c’est l’expérience. En France, c’est le diplôme.

Un autre déterminant est la capacité individuelle ou collective de négociation. Les qualifications et le pouvoir des syndicats dans certains secteurs expliquent des variations de salaire d’un secteur d’activité à l’autre. Ainsi, certains ouvriers sont mieux payés que certains employés du commerce et des services.

II. CARACTÉRISTIQUES ET ÉVOLUTION DU MARCHÉ DU TRAVAIL

A. L’offre du travail et la population active

DÉFINITION : Population active. La population active est composée de toutes les personnes en âge de travailler, qui occupent une activité rémunérée ou qui sont à la recherche d’une activité rémunérée.

Population active = population active occupée + chômeurs.

La population active occupée représente environ 25,5% de la population totale. Les actifs inoccupés représentent 10 à 12% de la population active.

B. Les déterminants de l’offre et du travail

Ce qui détermine un individu à offrir sa force de travail, c’est qu’il puisse occuper un travail avec une rémunération, qui lui permette de faire face à ses besoins socio-économiques. La décision de rentrer ou non sur le marché du travail va être liée à l’attractivité de sa rémunération.

L’individu est considéré comme un agent économique rationnel. Il va arbitrer entre son travail et ses loisirs. Pour opter pour le travail, il faut que la satisfaction apportée par le travail soit au moins équivalente ou supérieure à la satisfaction apportée par les loisirs.

À côté des déterminants individuels de l’offre du travail on trouve des déterminants collectifs tels que la démographie ou le solde migratoire.

  • La démographie. En France, on assiste à un accroissement naturel de la population en âge de travailler. Ainsi, l’offre du travail est de plus en plus importante.
  • Le solde migratoire. C’est un déterminant, qui contribue à l’accroissement de la population active jusqu’en 1975. Depuis, son influence s’est réduite.

C. Les évolutions du marché du travail

Pendant les Trente Glorieuses, la norme était de travailler à temps complet et souvent dans le cadre d’un CDI. Aujourd’hui, le marché est segmenté selon les types de contrat et selon la durée du travail. À côté du CDI, on assiste au développement rapide des contrats précaires : CDD et contrats d’intérim.

On assiste également au développement du travail à temps partiel. Cette situation du marché de l’emploi témoigne d’une situation de crise. Cette situation est plus ou moins appréciée car elle permet une flexibilité du marché du travail permettant aux entreprises de gérer plus facilement leurs effectifs et leurs coûts salariaux.

LE PETIT + DANS TA COPIE

Tu peux expliquer les inégalités professionnelles entre femmes et hommes.  Les femmes sont moins présentes que les hommes sur le marché du travail, malgré une forte hausse de la participation féminine.

En 2017, 83 % des femmes de 25 à 49 ans sont en activité en France métropolitaine, soit dix points de moins que les hommes du même âge. Lorsqu’elles sont en emploi, les femmes travaillent beaucoup plus souvent à temps partiel que les hommes : sur la même tranche d’âge, le taux de temps partiel atteint 28 % pour les femmes, contre 6 %.

En 2014, les revenus salariaux des femmes en emploi sont inférieurs de 24 % à ceux des hommes. Cela est dû en partie à des temps partiels plus fréquents que pour les hommes. Il subsiste 17 % d’écart sur les salaires par équivalent temps plein.

L’écart de revenu salarial a diminué de 4,2 points depuis le début des années 2000, du fait de la réduction des écarts sur le nombre d’heures travaillées. L’écart de salaire par équivalent temps plein recule légèrement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.