Microéconomie

Pouvoir de marché et monopole discriminant

Objectifs :
Acquis de la classe de première : oligopole, monopole, pouvoir de marché, preneur de prix, coût moyen/coût marginal, recette moyenne/recette marginale

Notions à retenir pour cette fiche : monopole discriminant, barrière à l’entrée, faiseur de prix

1. Diversité des structures de marché et pouvoir de marché des entreprises
a. Quand les entreprises font les prix
En situation de concurrence, les producteurs doivent adapter leur offre en fonction du prix résultant de la rencontre de l’ensemble des offres et demandes sur le marché. En effet, cette rencontre détermine le prix d’équilibre du marché. En revanche, en situation de monopole le producteur a la possibilité de fixer lui-même le niveau de prix qui maximise son profit.

À quoi correspond une situation de monopole ? Dans cette situation, un seul agent contrôle l’ensemble de l’offre sur un marché au détriment des demandeurs (consommateurs). Le monopole procure au producteur le pouvoir de déterminer lui-même le niveau de prix (price maker) auquel il vend les biens ou services qu’il produit, à la différence de la situation de concurrence dans laquelle il subit le prix (price taker).

Le monopole conduit à réduire le bien-être général car le gain réalisé par le monopoleur ne compense pas les pertes des consommateurs qui subissent un prix plus élevé qu’en situation de concurrence. Les situations de monopole peuvent résulter d’une multitude de particularités propres à l’organisation du marché et de la production. Le monopole peut être géographique : un seul producteur sur un territoire spécifique qui profite de la situation en raison des coûts de transport. Le monopole peut résulter de l’importance des investissements de départ qui limite l’accès au marché (voir ci-dessous « Les barrières à l’entrée »). Les entreprises sont le plus souvent des acteurs stratégiques qui construisent des positions dominantes afin de fixer le prix qui maximise leur profit, et les stratégies de monopole discriminant jouent aujourd’hui un rôle déterminant.

b. La diversité des barrières à l’entrée sur les marchés
Les barrières à l’entrée sur les marchés peuvent prendre des formes très diverses et s’opposent au principe fondamental de la concurrence pure et parfaite. Selon celui-ci, la libre entrée sur un marché garantit l’augmentation du nombre d’offreurs tant que les profits possibles restent suffisamment attractifs pour attirer de nouveaux producteurs. Mais la concurrence parfaite est un cas d’école qui dans le fonctionnement quotidien de l’économie, est particulièrement éloignée de la réalité, et correspond davantage à ce que les économistes appellent la concurrence imparfaite.

Une barrière à l’entrée renvoie à tous les élément susceptibles de rendre plus difficile l’entrée d’un producteur-concurrent supplémentaire sur un marché. Les éléments en question peuvent être de nature très diverse. Dans le cas où pour rentrer sur un marché, un producteur devra réaliser par exemple des investissements de départ importants, les économistes estiment que le ticket d’entrée élevé constitue une barrière à l’entrée.
Supposons par exemple, que vous souhaitiez vous lancer dans la construction d’avions de ligne. Les dépenses d’investissement de départ sont d’un montant particulièrement élevé. Il y a peu de probabilités alors que des concurrents en grand nombre viennent produire sur ce marché. Il est en de même avec les brevets industriels. Ceux-ci en effet limitent technologiquement les capacités de production d’un concurrent potentiel qui souhaiterait se lancer dans la production d’un bien dont il ne possède pas l’ensemble du procès technologique de production.

2. Les situations de monopole discriminant
a. Du monopole au monopole discriminant
En pratiquant un prix unique, le monopoleur perd une partie de la clientèle possible soit parce qu’il pratique un prix élevé et les consommateurs disposant d’un faible budget ne peuvent le payer, soit parce qu’il pratique un prix faible, et il ne profite pas ainsi des consommateurs disposés à payer un prix plus élevé. Dans ce cas, le monopoleur peut augmenter son profit en pratiquant un prix différencié selon les catégories de consommateurs. La discrimination par les prix permet d’optimiser le profit du monopoleur.

En pratique, il s’agit d’accorder à certaines catégories de consommateurs une réduction dérogatoire sur le prix (carte de fidélité, réduction selon l’âge, les classes dans les transports, etc.) afin d’obtenir sur ces catégories un volume de vente plus important, tout en conservant un prix plus élevé pour les consommateurs qui peuvent le payer. Il est remarquable qu’une parfaite discrimination par les prix se rapprochent sensiblement d’une situation de concurrence parfaite. Cette forme de discrimination consisterait à faire payer le prix plus élevé possible pour chaque consommateur.

b. Des exemples de stratégies de prix de monopole discriminant
La tarification différenciée permet de balayer l’ensemble du spectre des consommateurs, ceux qui ne consommeraient pas un produit en raison d’un prix élevé, comme ceux qui échapperaient à la vente d’un produit en raison de la faiblesse de son prix. Les entreprises en situation de monopole discriminant organisent une segmentation de leur clientèleen pratiquant des prix différents qui s’adressent à ces différentes catégories de consommateurs. L’objectif est d’occuper l’ensemble du spectre possible de consommateurs.

Dans le cas des télécommunications, les opérateurs de téléphonie mobile segmentent leur offre de service en fonction du type de clientèle et de son budget. Ils vendent le service à prix relativement attractif à la clientèle disposant d’un budget réduit (ménages à faible pouvoir d’achat, jeunes). La marge bénéficiaire pour ce type de client est faible, mais compensée par un nombre de clients importants. Par ailleurs, ils proposent des tarifs plus élevés pour la clientèle plus aisée contre un service plus étoffé et qui permet de se distinguer socialement. Ce type de stratégie est aussi utilisé dans la tarification dans les transports avec les différentes classes des voyages en avion par exemple.

L’essentiel
Les entreprises sont rarement en situation de concurrence parfaite sur les marchés. En effet, elles construisent des stratégies concurrentielles afin d’obtenir un pouvoir de marché qui leur soit favorable. La situation idéale pour une entreprise correspond à une situation de monopole qui lui garantisse un profit maximum en l’absence de concurrence et comme faiseur de prix. Le monopole peut reposer sur différents paramètres, situation géographiquebrevets industrielsinvestissements de départ, etc. L’absence de concurrence correspond le plus souvent à une situation de barrières à l’entrée résultant de ces éléments stratégiques.

Cependant, en situation de monopole, l’entreprise n’est pas pour autant en situation optimale car elle perd une partie de sa clientèle possible soit parce que le prix est trop élevé, soit parce qu’il est trop faible, et souvent les deux à la fois. Par conséquent, l’entreprise a tout intérêt à développer une stratégie de monopole discriminant visant à pratiquer des prix différenciés selon le type de clientèle afin d’optimiser son profit et de balayer ainsi l’ensemble du spectre possible de consommateurs.

Synthèse visuelle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.