Economie générale

Choix sectoriels de l’économie marocaine

  • Choix sectoriels de l’économie marocaine

 Des stratégies sectorielles ambitieuses :

Une série de plans sectoriels, à même d’assurer une croissance économique forte, durable et créatrice de richesses, a été mise en place par les pouvoirs publics. Cette dynamique de développement se distingue par une approche novatrice de contractualisation et de partenariat public privé prônant une participation accrue et concertée du secteur privé dans l’élaboration des stratégies et politiques sectorielles et le financement des projets, permettant de recentrer le rôle de l’Etat sur ses prérogatives de régulation.
Ces plans s’inscrivent dans une double logique de modernisation de secteurs traditionnels à l’instar de l’agriculture, de la pêche et des mines, et de développement de secteurs innovants tels que les énergies renouvelables, la logistique, l’industrie automobile, l’aéronautique et les services à forte valeur ajoutée, où le Maroc offre de véritables avantages compétitifs.

 

  • LE PLAN D’ACCELERATION INDUSTRIELLE

Le plan d’accélération industrielle est une nouvelle approche basée sur la mise en place d’écosystèmes plus performants, visant l’intégration des chaînes de valeur et la consolidation des relations locales entre les grandes entreprises et les PME.

Cette stratégie, qui s’étalera sur la période 2014-2020, devrait générer un demi-million d’emplois dans le secteur avec, en prime, un accroissement sensible de la part de l’industrie dans le PIB qui devrait croître de 14% à 23%. Ces changements passeront par une diversification et un élargissement

du tissu industriel, ainsi qu’une meilleure articulation entre les grandes entreprises et les PME.

La nouvelle stratégie se fixe pour objectif d’imprimer un rythme plus soutenu à l’évolution des IDE, en y consacrant un fonds d’investissement industriel public (FDI) doté de 2 milliards d’euros.

Elle s’emploiera également à accompagner la transition de l’informel vers le formel avec la mise en place d’une série de mesures financières et fiscales incitatives.

Le dispositif du plan d’accélération prévoit aussi d’accorder une importance capitale à l’effort d’adéquation des compétences avec les besoins des entreprises, ainsi qu’à l’offre en location de parcs industriels qui seront plus accessibles aux opérateurs.

Par ailleurs, la stratégie encourage les opérateurs Marocains à avoir le « réflexe Afrique » afin de développer des partenariats avec les pays Africains et confirmer la position du Maroc comme porte d’accès pour les investissements internationaux dans le continent.

  • STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR MINIER

Les axes de cette stratégie portent sur le développement de l’investissement dans la recherche et la prospection, la promotion du marché pour attirer les investisseurs nationaux et internationaux, la mise à jour de la réglementation et la valorisation du patrimoine minier. Elle prévoit la mise en œuvre de plusieurs piliers structurants touchant l’ensemble de la chaîne de l’activité minière : l’exploration, la recherche, l’exploitation, la valorisation et à la transformation des minerais.

  • LE PLAN NATUREL DE DEVELOPPEMENT DU GAZ NATUREL LIQUEFIE

Le plan national de développement du GNL vise à réaliser l’infrastructure nécessaire à la réception du gaz naturel liquéfié, sa regazéification, son transport et son utilisation dans la production électrique et l’industrie.

Il a également pour objectif de satisfaire la demande électrique nationale, réduire la dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur et des combustibles fossiles, à travers la montée en puissance des énergies renouvelables et la valorisation des ressources énergétiques locales ainsi que sécuriser l’approvisionnement des centrales électriques à cycle combiné gaz-turbine (CCGT) fonctionnant au gaz naturel.

 

  • MAROC DIGITAL 2020

Maroc digital 2020 vise à développer un volet numérique au positionnement de hub régional et à faire du numérique un outil de transformation économique et sociale.

 

 

  • TOURISME VISION 2020

Cette vision, qui donne une nouvelle impulsion au secteur du tourisme, est une stratégie de régionalisation touristique, de qualité et de développement durable.

Elle a été conçue pour mettre en valeur chacune des régions du Maroc tout en préservant leurs ressources naturelles et en maintenant leur authenticité socioculturelle et le bien-être des populations locales.

 

  • PLAN MAROC VERT

La stratégie Plan Maroc Vert est une initiative politique de relance de l’agriculture au Maroc, principal moteur de croissance de l’économie nationale.

Lancée en 2008, ce plan a pour objectif de développer une agriculture intensive et moderne et moderniser la petite agriculture et améliorer les revenus des petits fellahs.

 

Objectifs, fondements et axes stratégiques du PMV

  • La nouvelle stratégie agricole appelée «Plan Maroc Vert» (PMV) est élaborée pour faire de l’agriculture, au cours des quinze années à venir, le principal moteur de croissance de l’économie nationale. Le PMV constitue, ainsi, la feuille de route, que le Maroc a tracée pour emprunter le chemin de la convergence et réussir son intégration régionale. Cette nouvelle stratégie agricole vise des retombées socio-économiques importantes en termes de valeur ajoutée, d’investissements, de création d’emplois, et d’amélioration des revenus des agriculteurs. Elle permettra également la prise en compte des différentes composantes du secteur sur les plans social, territorial et humain ainsi qu’une meilleure valorisation et gestion durable des ressources naturelles.

Adopté en 2008, le PMV se présente comme une plate-forme qui permet d’apporter des ajustements au cadre stratégique. Il combine une série de politiques, réformes institutionnelles et investissements du secteur public pour mettre en œuvre la vision établie pour l’agriculture au Maroc. Il vise la réalisation d’un développement équilibré du secteur qui permet le passage d’un système dualiste (une minorité d’exploitations modernes et une majorité d’agriculteurs pratiquant des cultures vivrières) à une agriculture fondée sur deux piliers :

Le premier pilier porte sur le développement d’une agriculture moderne et à haute valeur ajoutée/haute productivité répondant aux règles du marché avec un rôle central du secteur privé.

Le deuxième pilier concerne l’accompagnement solidaire de la petite agriculture, à travers l’amélioration des revenus des agriculteurs les plus précaires. A cet effet, la stratégie prévoit la mise en œuvre de projets de reconversion, d’intensification et de diversification bénéficiant de concours directs de l’Etat pour permettre d’améliorer le revenu agricole de 2 à 3 fois en faveur de 3 millions de ruraux.

Pour ce faire, il prévoit des interventions publiques adaptées pour les grandes et moyennes exploitations agricoles et le développement d’une agriculture moderne à haute valeur ajoutée (Pilier I) tout en assurant l’accompagnement solidaire de la petite agriculture (Pilier II).

  • STRATEGIE ENERGETIQUE 2030 : C’est une politique énergétique favorable au développement des énergies renouvelables, pour sécuriser l’approvisionnement énergétique dans un contexte de forte croissance de la demande énergétique, pour maîtriser les coûts futurs des services énergétiques par rapport à la tendance haussière des cours des produits pétroliers et enfin pour préserver l’environnement en atténuant les émissions de gaz à effet de serre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.